Pieds noirs d'hier...

Publié le par 1maindevant-1mainderriere.over-blog.com

ARCHIVES :

 

piege-d-aleria.jpg

 

Alors que nous peinons quelquefois à mobiliser une cinquantaine de pieds noirs pour défendre le toit d'un compatriote, ce n'est pas sans émotion que nous relisons ces pages, issues du livre d'Edmond Siméoni : LE PIEGE D'ALERIA.

 

" En 1973, dans le Var, quelques pieds-noirs, armés de fusils de chasse, ont occupé l'étude de trois avocats chargés de la liquidation des biens d'un rapatrié. La vente n'a pas eu lieu. Personne n'est intervenu contre les occupants. 

Toujours dans le Var, mais tout récemment, après Aleria, le 25 septembre 1975, d'autres pieds-noirs armés de fusils de chasse ont occupé le garage d'un camarade pour en empêcher la mise en vente décidée par les tribunaux. Personne n'est intervenu.

S'opposer en armes à l'exécution d'une décision de justice est-il moins grave qu'occuper la cave d'un exploiteur? Trois jours avant Aleria, des harkis armés ont enlevé à Firminy et séquestré au camp de Blas une personnalité algérienne. Le gouvernement a bien fait cerner le camp par les forces de police, mais il a en même temps envoyé le préfet de Lot-et-Garonne pour négocier. L'Algérien a été libéré. Aucune arrestation n'a été opérée, malgré l'enlèvement et la séquestration.

Plus récemment encore, quelques pieds-noirs, dans le Var, ont empêché l'un des leurs, M. Ibagnès, fusils de chasse et winchester à la main de déférer à une convocation de la police judiciaire. Sans ennuis ! "

 

(Source : Benghje, Camperemu, Edmond Simeoni, "Le piège D'Aleria", Editions JC Lattès 1975).

 

Retrouvez UNE MAIN DEVANT UNE MAIN DERRIERE sur Facebook :

http://www.facebook.com/#!/group.php?gid=122759831089185

Publié dans PIEDS NOIRS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article