EXTRAITS DU MAGAZINE LE POINT N° 1968, DU 03 JUIN 2010 :

Publié le par 1maindevant-1mainderriere.over-blog.com

linkLe-Point-du-03-06-2010.jpg

LE GRAND BLUES DES PIEDS NOIRS (par Jean-Michel DECUGIS et Christophe LABBE) :

 En décembre 2007, Nicolas Sarkosy a fait rouvrir 357 dossiers de surendettement. "Trois ans plus tard, rien n'a bougé, et la situation de ces personnes, souvent âgées, a empiré", s'emporte Gabriel Mène, le secrétaire général de l'Usdifra.

 « Les hommes de ma famille étaient pauvres et sans haine et n’ont jamais opprimé ni exploité personne. Les trois quarts des français d’Algérie leur ressemblaient. »

Albert CAMUS

 Divorce. D’autres opérations musclées ont eu lieu en mars. Des dizaines de rapatriés ont occupé la mairie de Toulon, dirigée par Hubert Falco, secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, tandis qu’à Montpellier un groupe s’est introduit dans une Caisse d’épargne pour protester contre la façon dont sont traités les derniers dossiers de surendettement. Beaucoup de pieds noirs ont emprunté de l’argent aux banques afin de pouvoir se réinstaller en France. Certains d’entre eux, jamais indemnisés par l’Etat français, traînent encore de lourdes dettes.

 Si Nicolas Sarkosy a mis sa promesse sous le tapis, au risque de se mettre les rapatriés à dos, c’est parce que reconnaître la responsabilité de la France dans le massacre des harkis signifie une dédommagement pour les victimes et le risque de voir les pieds-noirs s’engouffrer dans la brèche au moment même où le gouvernement pense avoir soldé le dossier. Une addition salée qui pourrait se chiffrer en dizaines de milliards d’euros.

http://www.facebook.com/#!/group.php?gid=122759831089185

 

 

Publié dans blog pieds noirs

Commenter cet article